En finir avec le fantasme du bonheur au travail

Sens-Dessus-Dessous-UPE13

Bonjour.

Voici une captation graphique que j’ai réalisée lors de la 17ème édition du Salon des Entrepreneurs de l’UPE13 et dont le thème était « Sens dessus, dessous« .

Une journée consacrée à l’individu (entrepreneur, salarié) dans l’entreprise, son positionnement, la quête de sens et comment faire pour que chacun y trouve sa place et se rapproche de ce que certains nomment « Le bonheur au travail« .

Personnellement, je trouve que le terme de « Bonheur au travail » est largement exagéré.

La réalisation de soi, l’accomplissement ou le fait de participer à un effort collectif me semblent être largement suffisants et considérablement plus humains que le fait de vouloir ressentir « Le bonheur au travail« .

En outre, j’ai dans l’idée, que si un individu pouvait se targuer d’avoir atteint « le bonheur », (si vous en connaissez un, présentez-le moi, je veux prendre un selfie avec lui), ce serait dans tous les pans de sa vie et non pas uniquement au travail.

Mathieu Ricard, moine bouddhiste français, a été qualifié, suite à un ensemble de tests médicaux, psychologiques et physiologiques, comme étant l’un des hommes les plus heureux au monde. CQFD : il est heureux dans tous les pans de sa vie. Et paradoxe complémentaire : il ne travaille pas.

Le travail, par les accomplissements qu’il permet, l’engagement qu’il demande et les souffrances qu’il peut provoquer, contribue à notre développement personnel, émotionnel et spirituel à savoir : trouver notre voie, faire le tri, remettre sur le tapis nos choix et avancer, coûte que coûte.

Le bonheur étant, tel que je le ressens, un rapport au monde, une manière de traverser la vie, avec ses joies et ses malheurs, avec ses réussites et ses blessures, mettre un qualificatif de lieu ou d’environnement du type « au travail », derrière le mot « bonheur » n’a donc pour moi aucun sens.

Et puis après tout : le bonheur absolu existerait-il ? Le travail est un ensemble d’activité qui doit nous permettre, comme le reste de ce que nous traversons dans la vie, de trouver notre bonheur. Il est impossible de trouver un bonheur unique qui conviendrait à tous. Le bonheur, comme pour le succès, ne peuvent être défini par des paramètres extérieurs à l’individu.

Le bonheur, c’est un rapport au monde qui vient de l’intérieur.

Vouloir globaliser le bonheur et le poser sur chaque individu comme une entité, un concept, un dieu ? unique, reviendrait à enfermer les individus. Le bonheur, c’est la libération de l’esprit. C’est pour cela qu’il fait tant peur.

Le dessin que je vous présente ici, met en avant l’idée que le sens, le fait d’essayer de s’engager, d’échouer, puis de se relever et de recommencer participe du bonheur de chacun.

Un intervenant particulièrement brillant a évoqué, lors d’un atelier, l’idée que la souffrance ressentie en entreprise, émane de la différence qu’il y a entre la réalité du travail tel qu’il est exercé et le fantasme, l’idéal que l’on s’en est fait.

A nous de ne pas accentuer cette différence entre réalité et fantasme, lorsqu’il s’agit du bonheur ou de manière plus mesurée, du bien-être au travail. Car si nous allons dans cette direction, en expliquant que oui le bonheur est possible, oui tout le monde y a droit, et bien nous présenterons alors le bonheur comme un dû. Un produit.

Si l’on n’y prends garde, certaines personnes voudront trouver le bonheur, comme les autres l’on déjà fait. Ou du moins comme ils imaginent que les autres l’ont déjà fait.

N’y arrivant pas, ils achèteront une bonne dizaine de livres de développement personnel qu’ils dévoreront afin d’arriver plus vite à l’état de « bonheur ».

Ils se prendront un coach si cela ne fonctionne pas et au final, culpabiliseront de ne pas arriver dans cet état de béatitude qu’ils imaginent sans douleur et sans contrainte, qu’ils rêvent quasiment éveillé et qui au final les fait se sentir un peu plus malheureux chaque jour.

Lors de cette journée, une intervenante a fait une comparaison entre la nature et l’entreprise. Et je trouve l’image juste et parfaitement pertinente.

Sauf que la nature telle que présentée, l’était sous son côté harmonieux, régénérateur et bienveillant. La nature ce n’est pas que ça. Et l’entreprise non plus.

La nature est avant tout sauvage, parfois injuste et brutale et qu’elle ne fait pas de prisonnier. Si la comparaison prévaut, l’entreprise doit-elle être ainsi aussi ?

Lorsqu’un aventurier décide de traverser l’Atlantique à la rame ou de s’attaquer à l’Everest, il sait que cette ‘entreprise’ humaine va lui coûter de l’argent. Il sait qu’il va devoir mettre certains pans de sa vie privée en stand-by. Il sait qu’il va devoir consacrer 80% de sont temps à préparer très longtemps en avance son aventure. Il sait qu’au final, 19,9% de son temps et de son énergie seront consacrés à de l’effort et de la souffrance.

Littéralement.

Et alors oui, il pourra ressentir les 0,1% de bonheur à certains moments de son aventure, notamment, lorsqu’il attendra son objectif.

Et il ne ressentira ces 0,1% que parce qu’il aura expérimenté tout le reste avant.

Le bonheur n’existe pas. Nous oui, les autres aussi. Affrontons la vie et ses travers, seuls et ensemble. Ancrons-nous nous dans un réel qui nous permette de révéler nos talents et nos limites, nos forces et les aspects les plus sombres de notre personnalité.

Et peut-être qu’un jour, en se retournant sur le chemin de nos vies, chargés de tout ce parcours, connectés aux émotions qui nous aurons transformés, libérés de nos idéaux, de nos ego et de nos attachements aux choses inutiles, alors oui, nous ressentirons ce sentiment fugace et si fragile que nous recherchons tant.

Et sûrement, réaliserons-nous qu’il avait toujours été là. Mais qu’il nous fallait le temps, les épreuves de la vie et le recul nécessaire pour le cueillir.

Voilà comment je perçois les choses.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

A bientôt.

Laurent.

cropped-snm-acte-2-16-9.jpg

Prochaines dates

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s