Nouvelle rentrée, Nouveau site, Nouvelle donne

 

1000x1000 BOGHOSSIAN Charte

Bonjour à tous.

J’espère que vous avez passé de bonnes vacances et que ces dernières vous auront permis de lâcher-prise, de vous distraire et de respirer, loin du quotidien professionnel qui, malheureusement, nous rattrape déjà en cette rentrée 2017-2018.

Vos vacances auront été maritimes ou montagnardes, familiales ou amicales, statiques ou dynamiques, peu importe : j’espère que vous avez bien profité de chaque instant et de chaque rencontre que vous aurez faite.

De mon côté, j’ai profité de cet été pour me reposer et ne rien faire.

Littéralement.  

Si, si. Vraiment.

Je suis plutôt quelqu’un d’anxieux qui a parfois besoin de s’agiter quand rien ne se passe. Cela permet de combler le vide. Etre demandé permet aussi de se sentir utile.

Là, je n’avais pas le choix puisque d’une part, j’étais épuisé de l’année qui venait de s’écouler et que, d’autre part, l’activité estivale était au niveau 0.

Je n’avais donc qu’une chose à faire : rien. Ou plutôt si : profiter du quotidien.

Mmh, mmh, quel étrange concept que celui-ci : ne plus faire de To-do List irréaliste par principe ? Ne pas travailler pour travailler ? Et surtout : ne pas culpabiliser pour autant ?

Etrange.

Mais vraiment très agréable.

Ainsi donc, je pouvais désormais prendre du temps pour ressentir plutôt que pour réfléchir. Avancer intérieurement plutôt que courir inutilement.

Je n’ai pas pu résistér : je n’en avais pas la force.

Cela m’a permis de me connecter, profondément et intérieurement, à un nouveau rapport au chose, basés sur 3 attitudes. Trois nouvelles perceptions des choses que j’avais toujours évitées  et dont je souhaite désormais bénéficier aussi bien dans ma vie professionnelle et que personnelle.

****

  • Attitude 1 : Rassembler, Recentrer, Simplifier

A force de mener de multiples activités professionnelles, comme je le fais, l’on peut se fatiguer et se perdre. J’ai désormais besoin de recentrer mon action sur les points où je suis moi-même et où je peux apporter une vraie valeur ajoutée sans m’acharner. Je n’ai plus la force de…forcer les choses, de faire les choses parce qu’il faut les faire ou être de tous les combats de peur que rien ne se passe.

Point de départ salvateur : simplifier les supports web.

Rassembler en un même accès web les sites http://blog.manantra.com, http://soyons-nous-memes-le-show.com et http://laurent-boghossian.com m’a permis de créer un nouveau point de départ de mon activité professionnelle.

Toutes mes activités et actualités sont donc désormais centralisées sur http://laurent-boghossian.com  créant ainsi un vrai centrage personnel.

C’est donc un nouveau point de départ resserré, recentré et regroupé que je m’offre.

Petit à petit, au fil de mes envies, je vais l’alléger, l’épurer, le nettoyer, afin de me libérer de ce qui ne sert pas, de ce dont je n’ai plus besoin, de ce qui n’est que de la vitrine, de l’ego. Et pour être honnête, j’espère qu’un jour, j’aurais recentré le tout sur des activités uniquement artistiques, car c’est bien cela que je vise, vous l’aurez compris.

Tiens, vous avez vu ? : je n’ai même plus peur de l’écrire à voix haute, si je puis dire.

Mais, mais, mais… puisque l’on ne maîtrise pas grand chose dans cette minuscule vie terrestre et que de toute façon, lorsque je prends du recul, les choses que je vis désormais me comblent pleinement, je fais en sorte de bien rester connecté à l’attitude 2.

****

  • Attitude 2 : Patienter, Etaler, Profiter

C’est bien d’être déterminé, volontaire, opiniâtre et de ne rien lâcher. Sauf quand cela commence à vous éloigner de ce qui se passe autour de vous. J’ai été ce TGV lancé à 300 Km/h. A vrai dire, j’étais plutôt un bulldozer : même vitesse mais sans l’aérodynamique.

Vous imaginez les dégâts ?

Il y a des gens autour de nous. Ils nous envoient des signaux. Parfois même, ont-ils en main le ticket gagnant que l’on espère. Mais on ne peut les voir, bloqués que nous sommes derrière nos oeillères, notre ego, notre mental, nos projets.

L’an dernier j’ai organisé, programmé et enchaîné beaucoup de dates de spectacle. Très formateur. C’est ce que je voulais. Il fallait que je rôde le show, encore et encore. Il me fallait de l’expérience scénique.

Et bien maintenant que je n’en ai plus besoin, je réalise que…je n’en ai plus besoin. Je veux dire : intérieurement. Je n’ai plus besoin d’avoir peur ou de m’angoisser parce que je ne vais pas jouer.

Je n’ai plus besoin de remplir mes jours, mes semaines, mes mois, mes années, ma vie entière, par anticipation.

Donc, côté spectacle, cette année, il y aura moins de dates, mais je saurais les déguster.

Elles seront mieux étalées. Elles seront mieux préparées. Elles seront construites dans la finesse, sur le long terme. Avec plus de sérénité et donc plus de temps de recul. Je vais faire en sorte de me concentrer sur des événements plus amples, tels que des festivals et trouver des programmations régulières avec des dates moins nombreuses, mais avec des salles plus grandes.

Pour exemple, je commence déjà à préparer le Festival d’Avignon 2018. Il me faudra plusieurs mois, beaucoup d’étapes, des choix et des décisions, pour développer ce projet que je ne peux mener seul. Ce qui nous amène inévitablement à l’attitude 3.

****

  • Attitude 3 : Connecter, Fluidifier, Alimenter

« Si tu veux aller vite, marche seul. Si tu veux aller loin, marchons ensemble ». 

Proverbe africain

Je viens d’une famille d’artisans : Nous faisons les choses par nous-mêmes si elles n’existent pas. D’une part, pour faire des économies et d’autre part, parce que nous aimons cela.

Et comme je cumule cette origine avec une vraie culture geek d’informaticien bidouilleur, j’ai jusqu’à présent l’incarnation suprême du « do-it-yourself« .

Il faut un site web pour mon entreprise ? Pas de problème, je le crée moi-même. Avec le blog ? ok on y va. Tiens je vais écrire un livre. Je le publie seul sur Amazon, ça ira plus vite. La couverture ? Mmmh, pas de problème, je vais trouver un tutoriel sur Internet pour la faire.

Idem pour le spectacle : texte, mise en scène etc. Aller hop, faut que ça bombarde, faut pas que ça traîne : prises de contact, communication etc.

Et de toute façon, vu que rien n’est jamais bien aussi fait que quand on le fait soi-même, je vais pas perdre de temps à l’expliquer à quelqu’un.

Ou à lui faire confiance.

Ou à l’écouter.

Ou à m’appuyer sur lui quand je serais fatigué.

Ou à accepter qu’il renforce ce que je créé.

Ou qu’il me présente d’autres personnes juste pour…découvrir d’autres personnes.

Pfft… sérieusement.

Il ne faut définitivement pas confondre liberté et solitude. Car on peut définitivement être seul, même entouré.

On ne peut réellement se découvrir soi-même et devenir qu’il l’on est vraiment que lorsque l’on se confronte à la réalité de la relation humaine. Et pour cela, il faut se connecter à l’autre.

L’on ne doit jamais rien qu’à soi-même, certes. Mais sans les autres, nous ne sommes rien. Les grands projets ont besoin d’équipes. J’ai eu du mal à l’intégrer mais c’est ainsi.

L’ego, l’ego : notre plus grande force et à la fois notre plus grande faiblesse.

Se connecter à soi pour mieux se connecter aux autres.

Tellement évident. Si difficile pourtant.

Alimenter cette connexion, la fluidifier, c’est cela qui nous fait grandir et qui nous fait réaliser que nos projets, nos envies, nos exigences, nos caprices, sont vraiment insignifiants sans les autres.

Je ne peux monter sur scène si je ne partage rien pendant et après le spectacle avec les spectateurs.

La connexion :  plonger dans le regard des gens pour se trouver soi-même. Traverser sa propre peur du jugement ou du rejet grâce à l’autre, qu’il aime ou n’aime pas ce que l’on fait.

Voilà ce que m’a appris le théâtre. Paradoxe absolu : je ne me suis jamais autant senti connecté aux autres que depuis que je me retrouve seul sur scène.

Non vraiment : c’est quand même mieux quand on est connecté aux autres. Si, si, maintenant que je le ressens, je suis d’accord avec ceux qui le ressentaient déjà.

Pour information, je dis « ressens » parce que, avant je le savais, mais « savoir » les choses ne suffit pas pour bien vivre sa vie.

****

Pour résumer : je ne cours plus derrière les choses de la vie pour faire comme les autres. Désormais, je fais un pas, et selon ce qui se passe, je le traverse à ma manière, avec ceux qui m’entourent.

Je ne connais pas le futur, mais dans 20 ans, que je sois artiste, consultant en management ou quoi que ce soi d’autre, j’estimerai avoir réussi. A valeur égale.

Et si dans 20 ans, nous sommes encore connectés, que nous partageons encore des choses, ne serait-ce que par cette newsletter et bien alors là, j’en suis sûr : NOUS aurons réussi.

Ensemble.

Bonne rentrée à tous et à très vite pour nos prochaines rencontres.

Laurent.

cropped-cropped-snm-acte-2-16-9.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s