L’ART SUBTIL DE REUSSIR SON CONCOURS – Extrait N°2

L'Art Subtil de Réusir son Concours - Couverture

Bonjour à tous,

Découvrez, à travers cet article, un nouvel extrait du livre L’ART SUBTIL DE REUSSIR SON CONCOURS.

Le passage que nous vous proposons aujourd’hui traite de la Note de Synthèse et de la façon dont le candidat doit se positionner face à cette épreuve.

Cet article, donc, est extrait du paragraphe 8 « Lecture et Prise de Notes : Anticiper pour gagner du temps (2), du Chapitre IV « La Note de Synthèse », et s’intitule Exhaustif n’est pas Synthétique !

Bonne lecture.

« Le perfectionnisme n’est qu’une forme cachée d’un manque absolu de confiance en soi » – Inconnu –

Vous allez réaliser une synthèse, n’est-ce pas ? Cela signifie que vous devez donner un rapport concis à votre élu ou à votre supérieur. S’il était question de rendre l’intégralité des informations contenues dans le dossier qui constitue votre sujet, cela signifie qu’il faudrait rendre le sujet intégral plutôt que de faire une copie synthétique. N’essayez pas d’être exhaustif avec ce genre de sujet. C’est impossible. La même information va se retrouver dans trois documents distants de quatre pages dans votre dossier. D’autres informations sont inutiles dans la mesure où elles n’éclaireront pas votre supérieur en terme de prise de décision (par exemple les 58 mesures détaillées de la loi machin). Vous devez lâcher-prise. Cela semble tellement évident qu’il me semble opportun de préciser que : IL N’Y A PAS BESOIN DE TOUT LIRE POUR TOUT COMPRENDRE.

Cela semble réellement évident mais combien de candidats ai-je vu lire une information et avoir le réflexe de se dire ‘Je vais aller voir dans d’autres documents si ce n’est pas mieux dit !’. Il faut que vous ayez confiance en vous, en votre lecture. Le manque de confiance amène les gens à douter et donc à se réfugier derrière un perfectionnisme toxique qui va les empêtrer dans des tonnes de documents qui répètent généralement la même chose. D’après vous, combien faut-il lire de documents pour comprendre que la loi sur l’Intercommunalité dite Chevènement de 1999 a restreint au nombre de trois les structures intercommunales et a permis d’inciter financièrement à l’intercommunalité au travers de la DGF. Aucun, à part ces quelques lignes. Vous avez compris ?

Faites-vous confiance.

J’y reviendrai avec la prise de notes mais dites-vous bien que puisqu’on ne lit une information qu’une seule fois, vous n’aurez plus à y revenir, même après la fameuse prise de notes.

 

 

L’équipe MANANTRA CONCEPT

MANANTRA : Preparation aux concours d'ingenieur territorial, d'ingenieur en chef territorial, de technicien territorial et d'attache territorial

Besoin d’aide ?

HelpButton2

 Contacter la Hotline Manantra.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s