Est-il encore utile de présenter le concours d’Ingénieur en Chef Territorial ?

question

Bonjour à tous.

J’ai décidé d’écrire ce billet sur le concours d’Ingénieur en Chef Territorial suite à une question très pertinente qui m’a été posée sur la page Facebook Manantra Concept. Je vous livre donc ci-après cette question suivie de la réponse que j’ai souhaité y donner.

Question de Tom

Bonjour Laurent,

Déjà merci pour votre méthode ainsi que le pack platine d’ingénieur en chef territorial qui m’a permis de décrocher l’écrit du concours (et qui ont permis à des collègues de décrocher celui d’ingénieur territorial en achetant votre livre l’art subtil de réussir son concours…). Malheureusement pas d’admission pour moi cette année ! Les résultats sont tombés hier.

Comment interprétez-vous le nombre de lauréats pour le concours externe d’ingénieur en chef à 12 sur 24 postes cette année ?
J’ai pourtant croisé des chefs de services et directeurs qui semblaient être au top lors de la préparation de l’épreuve orale à l’Inset mais qui ne l’ont pas eu !
Certes, le rapport du jury apportera quelques indications mais j’ai l’impression qu’il y a des éléments qui nous échappent.
Pensez-vous d’ailleurs que le choix de ce nombre prédit d’un nombre de postes l’an prochain encore plus bas ?
Merci pour votre regard sur cette question.
Cordialement,

Tom

Bonjour Tom.

Le concours d’ingénieur en chef a toujours été un concours difficile à décrocher. C’est un concours qui demande du travail, de l’engagement, une certaine vision du service public, de la France et de ses institutions.

Ceci étant, il y a dix ans de cela, passer le concours d’Ingénieur en Chef Territorial restait malgré tout quelque chose d’abordable. Si vous étiez en poste, chef de service ou directeur, avec des responsabilités, que vous connaissiez votre métier, que vous saviez prendre des responsabilités à différents niveaux et que vous saviez donner un vrai sens à ce concours, il restait possible de le décrocher.

Lorsque je l’ai moi-même passé, je n’avais pas de responsabilité particulière au sein de ma collectivité, mais la conviction et la vision que j’avais du service public et le fait que je n’avais pas peur de monter au créneau face au jury ont suffit pour me faire réussir.

Je ne pense pas que cela serait suffisant désormais.

Enormément de paramètres ont changé depuis quelques années influant ainsi sur les critères de sélection des candidats dans le cadre de ce concours. La crise est passée par là, le nombre de postes a diminué, de nombreux postes d’Ingénieur en Chef sont dédiés à des Ingénieurs de l’état suite à des transferts de compétences Etat-CT, la réforme des collectivités s’installe et le statut même de la Fonction Publique Territoriale est en plein questionnement.

Vous souvenez-vous de cet exemple de question de jury que je livre dans le Pack Platine : ‘Cela a-t-il encore un sens que de recruter des fonctionnaires par concours ?

Dans une telle situation générale, et au-delà des chiffres annoncés tels que le nombre de postes disponibles, c’est le positionnement du candidat qui va tout conditionner.

Explications.

La première chose qu’il faut absolument assimiler c’est que tant que les candidats prendront ce concours comme un titre honorifique visant à valider un parcours territorial riche en tant que chef de service ou de directeur, l’échec sera toujours au rendez-vous.

J’entend par là que si un candidat se présente avec dans l’esprit des idées telles que ‘Ce concours je le mérite‘, ou bien ‘Je vais mettre en avant toute mon expérience et répondre aux questions du jury correctement‘; et bien le candidat ira directement vers son échec.

Les questions peuvent-être difficiles, demandant un grand niveau d’abstraction et doivent permettre au candidat d’exprimer sa vision et les actions qu’il souhaite engager dans le futur en tant qu’Ingénieur en Chef Territorial.

Que état d’esprit faut-il adopter alors ? C’est très simple.

Voici les questions que je vous poserai, à vous Tom, si je souhaitais valider que vous êtes prêts à endosser le costume d’un ingénieur en chef.

  • « En tant qu’Ingénieur en Chef, que prévoyez-vous pour la France ? »
  • « Selon vous, en quoi les Collectivités Locales ont un rôle à jouer dans le processus de mondialisation »

Vous voyez. En aucun cas votre vécu, vos compétences etc… ne sont concernées.

Ce que veut savoir un jury du concours d’ingénieur en chef c’est : « la personnalité du candidat peut-elle soutenir ce qui est attendu d’un ingénieur en chef. »

Cette année le jury a tranché : douze en étaient capables et douze autres non.

Ou plutôt, douze candidats ont réussi à le démontrer et douze autres, à supposer qu’ils aient ce qu’il faut pour être ingénieur en chef n’ont pas réussi par leur communication à en faire le témoignage face au jury.

Ainsi, face à cet état de fait, la question qui arrive immédiatement c’est : mais comment faire alors pour réussir le concours d’ingénieur en chef territorial vu la sélection drastique appliquée ?

Et bien déjà, il faut être sûr d’être à même de pouvoir aller au bout de la démarche : Est-on prêt à déménager et changer de région vu le peu de postes ouverts aux ingénieurs en chef ? Est-on prêt à accepter un poste de responsable d’un centre de traitement des eaux alors que ce n’est pas notre spécialité de base ?

Ce que je veux dire par là, c’est que globalement, le jury est capable de sentir si effectivement le candidat est « habité » par la vision et les missions de l’ingénieur en chef ou s’il ne l’est pas.

Devenir Ingénieur en Chef, c’est aussi devenir un haut décideur territorial qui va s’engager pour le développement les Collectivités Locales et de la France.

Dans votre cas et ceux des chefs de services que vous mentionnez, peut-être avez-vous le potentiel, ce dont je ne doute pas, mais peut-être n’avez-vous pas su le témoigner comme cela était attendu par votre jury.

Pour l’année prochaine, l’équation reste la même : mêmes si 30 postes sont ouverts, si seuls 10 candidats arrivent à convaincre le jury de leurs aptitudes profondes à devenir un haut cadre territorial, et bien il n’y aura que 10 lauréats.

J’espère sincèrement avoir pu vous éclairer au travers de cette réponse.

A très bientôt.

Laurent.

logo-manantraviadeo

Besoin d’aide ?

HelpButton2

 Contacter la Hotline Manantra.

5 commentaires

  1. Bonjour,
    J’avoue que je ne comprends pas bien.
    S’il s’agit d’un concours externe (cf. la première question de Laurent), pourquoi parlez vous de parcours territorial riche des candidats en tant que chef de service, par exemple ?
    Ces personnes ne passent elles pas plutôt un concours interne ??
    S’agit il d’un concours externe « réservé » aux internes dans la réalité ??
    Quelles sont les chances d’un vrai externe (salariés dans le privé par exemple) à ce concours ?
    Désolée de commenter un an plus tard votre billet mais étant tombée dessus par hasard, cela m’interpelle !
    D’avance merci !

    • Bonjour.
      Il se trouve que certains internes passent le concours en externe. Notamment des contractuels ou titulaires depuis peu qui n’ont pas assez d’ancienneté pour prétendre passer le concours interne.

      Les chances sont les mêmes pour de vrais externes que pour certains internes. L’important c’est le potentiel du candidat, sa vision, son positionnement.

      Sur le papier les internes pensent avoir plus de chances que de vrais externes, mais en réalité c’est l’attitude et le positionnement qui font la différence.

      Le concours est difficile, il impose des règles, les ratio sont drastiques et donc, que l’on soit interne ou externe, la réalité est que, aussi dur que cela puisse paraître, être ingénieur en chef n’est pas donné à tout le monde.

      Bonne continuation dans votre parcours.

      Bien à vous.

      Laurent.

  2. Bonjour Monsieur,
    Je n’ai pas été admis au concours externe d’ingénieur territorial avec les notes suivantes :
    Ecrit : 10,25
    Oral : 11
    Anglais: 11
    Moyenne : 10,73

    Je pense que ces notes ont reflété le niveau que j’ai affiché lors des épreuves, je ne le conteste pas.

    Nombre de postes initialement prévus : 25
    Nombres d’admis : 11

    J’ai un peu de mal à saisir pourquoi je n’ai pas été admis alors que des places étaient encore « disponibles ». S’il y avait eu 25 admis et que j’étais 26ème, aucun problème. Mais là je n’arrive pas à comprendre.
    A noter qu’il n’y a pas eu de transfert de postes vers les places internes.

    Auriez-vous une explication à ce sujet?

    Par ailleurs, merci pour votre livre, celui-ci m’a beaucoup aidé dans la manière d’aborder les épreuves.

    • Bonjour Gautier. Désolé d’apprendre que vous n’avez pas été reçu. Cela ne fait jamais plaisir lorsque l’on s’est investi dans une préparation. Concernant votre question, le jury n’a aucune obligation de remplir les quotas. S’il estime que seule une personne a témoigné de son aptitude à exercer le rôle d’ingé en chef, il ne l’attribue qu’à une personne même s’il y a 25 postes de libres. Il ne suffit pas d’avoir des bonnes notes ou d’être classé : il faut incarner l’ingénieur en chef. Par conséquent, votre jury a estimé que seuls 11 candidats avaient démontré qu’ils étaient Ingénieur en Chef et qu’à partir du 12ème, les candidats ne correspondaient pas à ce type de poste. Je dirai que les candidats retenus ont eu au moins 13 à 14 de moyenne générale mais qu’à partir du 12ème la moyenne est tombée en flèche en dessous des 12. Désolé si je suis aussi direct dans ma réponse mais cela est vrai pour tous les concours. Puisque vous allez lu mon livre, relisez les passages où j’explique comment se font les sélections. Si vous n’avez eu que 11 ou 10 aux épreuves, cela n’est pas suffisant. 10 à l’écrit signifie que vous n’avez pas poussé assez loin vos propositions et que votre engagement n’était pas assez fort. Certes vous vous êtes préparé mais justement vous comptiez peut-être sur le quota. Hors il ne faut jamais faire cela : il ne faut jamais espérer passer juste au-dessus de la barre. Il faut pousser très haut et se remettre en cause intégralement pour aller au-delà de ce qui est attendu. Encore désolé pour vous. D’autres concours viendront dans les années à venir, et je suis sûr que vous finirez par l’avoir. Bon courage pour la suite de votre carrière. Bien à vous. Laurent.

      • Merci de votre réponse.
        Pour information, il s’agissait du concours d’ingénieur territorial.
        C’était plus ou moins ce que je pensais, mais à vrai dire je ne pensais pas que le seuil d’admission pouvait être si élevé, surtout en comparaison des années précédentes ou celui-ci était plutôt vers les 10-10,5.
        Durant cette épreuve orale, je me suis fait surprendre par deux ingénieurs en chef dont la spécialité était la voirie départementale, sujet que je ne maîtrise absolument pas et dont il n’ont pas dévié. J’aurais bien voulu lancer un sujet sur mes spécialités, mais à aucun moment je n’ai eu l’occasion de me présenter… Dommage…
        Je vous remercie pour vos encouragements.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s